Prix Nobel Exoplanètes : comment ont-il pu observer une planète – si peu lumineuse !?


Jump-To-Science cherche en général plutôt à présenter avec un peu de recul des recherches pertinentes pour l’enseignement. Mais – au delà des réjouissances et des félicitations justifiées – le prix Nobel de physique attribué à deux chercheurs de l’UNIGE pourrait susciter des questions d’élèves, notamment sur les méthodes pour détecter des (exo)planètes qui sont beaucoup moins lumineuses que les étoiles.
Le site NobelPrize.org a préparé des explications et des schémas; que vous propose plus bas, Ainsi que l’article d’origine et un review récent.

Le prix nobel de Physique vient d’être attribué : « for contributions to our understanding of the evolution of the universe and Earth’s place in the cosmos »

  • Une moitié à James Peebles, Princeton University, USA « for theoretical discoveries in physical cosmology »
  • Et l’autre moitié à  Michel Mayor, University of Geneva, Switzerland and Didier Queloz, University of Geneva, Switzerland and University of Cambridge, UK « for the discovery of an exoplanet orbiting a solar-type star »

Michel Mayor et Didier Queloz lauréats du Prix Nobel de physique

une image vaut mille mots ...            mais peut être interprétée de mille manières
Fig 1: Michel Mayor et Didier Queloz lauréats du Prix Nobel de physique [img]. Source : UniGE

encourage le lecteur à savourer l’article d’origine :  ici

L’UniGE fête ses Nobels :

« Le 6 octobre 1995, Michel Mayor, professeur à l‘Observatoire de la Faculté des sciences de l’Université de Genève, et son doctorant Didier Queloz révolutionnaient le monde de l’astrophysique en annonçant la découverte de la première planète située en-dehors de notre système solaire. Nommée 51 Pegasi b, cette toute première exoplanète fait l’effet d’une bombe dans le milieu des astrophysiciens. Depuis lors, les recherches n’ont cessé de se développer et l’on recense aujourd’hui quelque 4’000 exoplanètes.
Leur travaux sont aujourd’hui récompensés par un Prix Nobel de physique. Ils partagent cette extraordinaire distinction avec James Peebles, professeur émérite à l’Université de Princeton aux Etats-Unis.
«C’est une fantastique reconnaissance du travail accompli par Michel Mayor et Didier Queloz ; elle témoigne de la qualité de leur démarche scientifique, de leur rigueur mais aussi d’une créativité et d’une capacité à penser – et chercher – hors des chemins balisés qui est à la source des plus grandes découvertes. C’est une nouvelle formidable également pour notre Université, pour Genève et pour toute la Suisse, qui voit la qualité de sa recherche récompensée au plus haut niveau», se félicite Yves Flückiger, recteur de l’UNIGE. »
Source :Unige. Voir la suite ici

Conférence de Michel Mayor et Didier Queloz à l’occasion des 20 ans de leur découverte

Voir la vidéo ici

Ces deux chercheurs ont publié un excellent review :

Pour comprendre comment ils ont procédé :

Le site Nobelprize.org fournit des illustrations du principe des méthodes employées par les chercheurs. Mayor, M., & Queloz, D. (1995) disent « The presence of a Jupiter-mass companion to the star 51 Pegasi is inferred from observations of periodic variations in the star’s radial velocity. »


Figures 2 et 3 : Les deux méthodes pour détecter une exoplanète  ici ©Johan Jarnestad/The Royal Swedish Academy of Sciences
encourage le lecteur à aller vérifier dans le site d’origine (nobelprize.org) :   ici

Références:

Cette entrée a été publiée dans Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.