Jump-to-Science vous informe : Evolution de l’homme, raison et émotions, nuit sombre et film sur la physique quantique

L’évolution de l’homme évolue … Une formation avec LA spécialiste à Genève pour se mettre au courant !

Diversité africaine et histoire du peuplement humain Formation Continue PO 19-1

Mercredi 18 septembre 2019   de 13h30 à 17h00

La formation est volontairement placée très tôt dans l’année de façon à permettre aux enseignants qui le souhaitent d’organiser ensuite une visite de l’exposition avec leur classe.

De ce fait, le délai d’inscription est très court.

Objectifs
Permettre aux participants de mettre à jour leurs connaissances dans le domaine de l’origine, de l’évolution et de la diversité biologique et culturelle de l’espèce humaine Homo sapiens à la lumière des récentes découvertes.
Préparer la visite de l’exposition « Afrique : 300’000 ans de diversité humaine » avec des élèves.
Contenu
Exposé présentant les dernières avancées de la recherche sur l’histoire du peuplement humain.
Visite virtuelle commentée par les concepteurs de l’exposition qui se tiendra au Muséum de septembre 2019 à janvier 2020.
Echanges et discussions sur la transposition à la classe et l’intégration dans le cursus des élèves.
Intervenant(e)(s)
Mme Alicia Sanchez-Mazas, Professeure, Unité d’anthropologie, Université de Genève
M. Eric Huysecom, Professeur, Unité d’anthropologie, Université de Genève
M. Rémy Kopp, Chargé d’enseignement IUFE et enseignant de biologie ES I
Inscrivez-vous vite à la formation continue Diversité africaine et histoire du peuplement humain PO19-1

Neurosciences, empathie, émotions : quelles implications dans nos cours et débats ?

Des résultats récents en neurosciences apportent de nouvelles réponses – parfois troublantes – à des questions anciennes.  Par exemple la construction des opinions, la perception d’autrui et l’influence de l’émotion dans les débats que nous gérons parfois en classe.
Parmi d’innombrables recherches, nous avons sélectionné avec Dr Emilie Qiao, chercheure en neurosciences dans l’équipe de Patrik Vuilleumier à l’UniGE quelques résultats qui ont une pertinence particulière pour les pratiques de classe.

Les méthodes de neuroimagerie (IRM, IRMf, ,…(cf. ici ) apportent des résultats nouveaux sur la perception de la douleur propre et d’autrui (Singer, T., & Klimecki, O. M., 2014), sur l’influence des émotions négatives qui rendent moins sensible aux autres (Qiao-Tasserit, E.,  et al., 2018), ou encore  la réaction à l’injustice (Klimecki, O. M., Sander, D., & Vuilleumier, P., 2018).

Pourtant des voix s’élèvent contre une surinterprétation des images de cerveau avec des zones activées… (Check, E. (2005).
La recherche d’une analyse raisonnée des nouvelles scientifiques et des fake news, ainsi que le développement de l’esprit critique se heurtent souvent à des difficulté… qu’on peut en partie expliquer et peut-être dépasser.  Nous explorerons les implications didactiques, notamment pour les débats en classe et le développement de l’esprit critique, le jugement moral ainsi que l’influence des émotions et de la raison dans les décisions.
Une formation continue vous permettra de faire le point, de distinguer ce qui est sensationnalisme et ce qui peut changer nos pratiques – nous réfléchirons notamment à comment améliorer les débats sur les grands enjeux que soulèvent les sciences, et comment mieux comprendre la diversité des réactions émotionnelles des élèves.

Objectifs

Connaitre les possibilités et limites des principales méthodes de neuro-imagerie.
Connaitre plusieurs expériences montrant les interactions entre émotions, douleur, mécanismes cérébraux et formes d’empathie, perception des autres, impulsivité, vengeance.
Se faire une opinion si et où inclure ces savoirs dans ses enseignements en fonction du public et des programmes. Se faire une opinion sur les implications dans la manière de gérer les débats, de mettre en lumière les risques de manipulation involontaire ou volontaires.

Contenu

Visite d’un appareil IRM. Les principales méthodes de neuro-imagerie IRM, IRMf, RTfMRI.
Les émotions et la perception d’autrui.
Les réseaux cérébraux de l’empathie, et leur lien avec la douleur et la perception d’autrui.
Les zones cérébrales impliquées et les interactions entre émotion, impulsivité, vengeance.
Insertions possibles dans les programmes.
Implications dans les débats, les risques de manipulation involontaire des opinions des élèves.

Intervenant(e)(s)

Dr. Emilie Qiao-Tasserit, chercheur en neurosciences, équipe du Pr. Vuilleumier

Dr. François Lombard, chargé d’enseignement IUFE, enseignant de biologie ES II

« La nuit est belle ! », première extinction transfrontalière de l’éclairage public, le 26 septembre prochain.

Eteindre le temps d’une nuit tout l’éclairage public à l’échelle du Grand Genève, c’est le dé  que le Museum d’histoire naturelle de Genève, la Société d’Astronomie de Genève, la Maison du Salève et le Grand Genève ont lancé aux 209 communes de l’agglomération transfrontalière, pour sensibiliser aux méfaits de la pollution lumineuse et permettre au million d’habitants de revoir planètes, étoiles et voie lactée. Baptisée « La nuit est belle ! », cette initiative inédite regroupe à ce jour déjà 109 communes.
En modifiant le cycle jour/nuit, la pollution lumineuse impacte les rythmes biologiques de la faune et de la  faune et de la flore, dégrade les habitats naturels, provoque des risques pour la santé humaine et génère des consommations d’énergie superflues. Causée en grande partie par l’éclairage arti ciel excessif, il convient de sensibiliser à ce phénomène pour faire changer les habitudes.
Face à ces problématiques, l’intégralité des communes du canton de Genève, la très grande majorité des communes françaises et une dizaine de communes vaudoises, soit plus de 109 communes de part et d’autre de la frontière, adhèrent à ce jour au projet « La nuit est belle » (d’autres certainement à venir) et n’allumeront pas leur éclairage public le soir du 26 septembre. Une première dans le cadre d’un territoire transfrontalier de plus d’un million d’habitants !
La nuit du 26 septembre offre des conditions astronomiques idéales pour les participants : nouvelle lune, voie lactée visible dès le coucher de soleil, observation de Saturne et Jupiter.
La soirée sera également ponctuée d’animations locales, l’occasion de profiter de la nuit autrement, près de chez soi : observation du ciel avec les clubs d’astronomie du territoire, repas à la bougie, balades nocturnes, etc.
Suivez l’événement http://www.lanuitestbelle.org et  en direct sur les réseaux sociaux avec #lanuitestbelle.

Un film qui met en scène les particules et la physique quantique

Par Blaise Harrison

Affiche «Les particules» Blaise Harrison

Présenté à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, « Les particules » a été produit par Lionel Baier pour Bande à Part Films, en coproduction avec Estelle Fialon pour Les Films du Poisson.

En quelques mots, le film raconte l’histoire de Pierre-André, dit P.A. voisin de l’accélérateur du CERN. Sa bande de copains et lui vivent leur adolescence avec toutes les interrogations et sentiments liés. Tandis que l’hiver s’installe et que P.A. voit le monde changer autour de lui, il commence à observer des phénomènes étranges, des modifications dans l’environnement, de façon imperceptible d’abord, puis c’est tout son monde qui semble basculer…

Dans ce film le fantastique et la physique quantique se confondent.

Le réalisateur franco-suisse Blaise Harrison signe une premier long métrage plein de promesses, au plus près d’une jeunesse écorchée et pure, où la métamorphose et l’inquiétant prennent tout leur sens, bien au-delà de cette parenthèse juvénile. C’est le monde dans son entier et notre rapport aux frontières qui se retrouvent questionnés à travers une mise en scène originale et poétique.

« Les Particules » sortira dans les salles de Romandie dès le 4 septembre prochain. Le film a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs au dernier festival de Cannes, où il déjà reçu un très beau succès de la part de la critique et du public. C’est une co-production Suisse, produit par Estelle Fialon et Lionel Baier pour Bande à Part Films.
Avant-Premières en présence du réalisateur et membres de l’équipe du film sont prévues. Le 29.08.19 à Genève au Cinélux à 20h30

Prix Sélection Quinzaine des réalisateurs Cannes 2019
Compétition internationale Neuchâtel International Fantastic Film Festival NIFF 2019

Références:

Cette entrée a été publiée dans Savoirs en classe, Savoirs en sciences. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.