La médecine en route vers le futur? Oui, mais non! (bancs Publics, 30 avril 18h30)

Débattre pour comprendre …

Bancs Publics organise des rencontres entre scientifiques et citoyens pour débattre sur des sujets touchant aux sciences et techniques, particulièrement dans leur rapport avec la société.

Alors que nos smartphone nous épient dans nos gestes et tout ce qui influence notre santé – en principe pour nous aider, nous coacher, nous informer … mais peut-être  aussi de multinationales !

«Il ne faut pas être naïf : les données sont le pétrole et l’intelligence artificielle est le moteur à combustion de notre époque. » Une combinaison qui sent fort l’Eldorado et qui pousse Christian Lovis, professeur au Département de radiologie et informatique (Faculté de médecine), à prôner la prudence vis-à-vis de l’Open Data, c’est-à-dire de la mise à disposition de tous des données de la recherche, telle que le demande la nouvelle directive du Fonds national pour la recherche scientifique (FNS, lire en page 20).
« J’ai longtemps été un fervent partisan, voire même un évangéliste, de l’Open Data, poursuit-il. Avec les années et l’évolution en cours, toutefois, ma position s’est nuancée. Je ne remets pas en cause les bénéfices potentiels de l’ouverture des données pour la société. Au contraire, je trouve cela très bien. Mais il faut être conscient que le monde n’est pas peuplé que de scientifiques bienveillants désireux d’utiliser les travaux d’autres scientifiques afin d’accroître les connaissances de l’humanité. Il y a quantité d’autres acteurs dans ce jeu, certains très puissants, et les règles dominantes qui gèrent l’utilisation des données ne sont pas celles de la recherche scientifique, désintéressées et respectueuses de la vie privée. Ce sont celles du marché, compétitives et basées sur le profit. » Lovis,C. (2007). campus132

Avec d’autres spécialistes remarquables, Antoine Geissbuhler, Samia Hurst, Pierre Yves Rodondi, venez discuter dans une ambiance décontractée  lundi prochain 30 avril au délicieux Musée d’histoire des sciences (ici) dans un écrin de verdure, une des plus belles vues de Genève !

Lire cet email dans mon navigateur

Bancs Publics

La médecine en route vers le futur? Oui, mais non!

Lundi 30 avril 2018 à 18h30

Après un décorticage et une analyse  en bonne et due forme de vos suggestions, le thème « médecine, corps et santé » semble susciter le plus d’intérêt. Nous avons donc décidé de vous concocter un café scientifique  avec un format spécial encore plus participatif qui mixera futurologie, médecine, éthique et numérique !

Grâce à nos experts nous nous interrogerons par exemple sur… l’influence des nouvelles technologies sur la médecine d’aujourd’hui, la place des intelligences artificielles dans le futur, l’évolution des pratiques médicales, le rôle de la recherche dans les développements de la médecine, la place des médecines complémentaires aujourd’hui et les alternatives dans le milieu hospitalier… et bien plus encore !

Le tout saupoudré bien entendu d’une dose de débat sur les enjeux éthiques de cette thématique !

Nous nous réjouissons de vous accueillir pour ce café scientifique spécial que vous avez imaginé !

Avec la participation de :

Antoine Geissbuhler, médecin chef du service de cybersanté et télémédecine des HUG / Vice-doyen en charge de la médecine humanitaire et internationale

Samia Hurst, UNIGE, Professeure associée, Directrice de l’Institut Ethique Histoire Humanités

Christian Lovis, médecin-chef de service du département de radiologie et informatique médicale des HUG

Pierre Yves Rodondi, professeur de médecine de famille et ancien médecin responsable du centre de médecine complémentaire et intégrative du CHUV

Animation:

Elsa Lacroix, Communication scientifique / Muséographie, Thematis

ENTRÉE LIBRE

Au musée d’’histoire des sciences

Villa Bartoloni.  128 rue de Lausanne.  1202 Genève

Transports publics:
TPG Tram 15 arrêt Butini / Bus 1 et 25 arrêt Sécheron,  Mouettes Genevoises: ligne M3 Débarcadère de la Perle du Lac, Parking adjacent

Tél +41 (0)22 418 50 60 , mhs@ville-ge.ch. bancspublics.ch


Bancs Publics

L’association « Bancs publics » a été créée en mars 1999. Elle regroupe différentes personnes actives dans le domaine de la culture scientifique de Genève et Lausanne (journalistes scientifiques ou non spécialisés, directeurs de musée, sociologues des sciences, etc.), soucieuses « de favoriser les débats, la réflexion et les échanges dans le domaine scientifique » (article 2.1 de nos statuts).

Statuts

Les statuts de l’association « Bancs publics » sont disponibles en-ligne, et en format Adobe Acrobat (PDF).

Nos partenaires

Les objectifs

  • Organiser des rencontres entre scientifiques et citoyens pour débattre sur des sujets touchant aux sciences et techniques, particulièrement dans leur rapport avec la société (article 2.2).
  • Offrir la possibilité de s’informer sur des sujets scientifiques, de s’approprier les démarches scientifiques (y compris, bien sûr, celles des sciences sociales), dans le but d’alimenter la réflexion sur les questions qui se posent aux citoyens.
  • Travailler le plus souvent possible en collaboration avec d’autres institutions oeuvrant au développement de la culture scientifique, tout en préservant notre spécificité d’association militant pour une « science citoyenne ».

Références

Lovis,C. (2007). « Des données partageables plutôt qu’ouvertes ».Revue Campus de l’université de Genève  Consulté 23 avril 2018, à l’adresse http://www.unige.ch/campus/campus132/dossier3/
Cette entrée a été publiée dans Perspective sur les savoirs, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.