Un Tremplin vers la formation CRISPR-Cas9 et comment débattre en classe de questions vives

Vous avez manqué la formation continue CRISPR/cas9 ? un Tremplin vers les documents…

http://dx.doi.org/10.1038%2F541280aVous avez manqué la formation continue ? Expériment@l et Bio-tremplins  vous permettent d’accéder quand même  aux documents et à une partie de la formation… pour peut-être d’encore plus regretter de ne pas avoir pu y participer :-) )
Un enseignant a accepté de partager son expérience avec la méthode pour gérer un débat éthique présentée à la formation.

Vous n’avez pas tout manqué !

Une large sélection de liens sont disponibles à tous ici et aussi de documents (accessibles aux membres Expériment@l-Tremplins)

La formation abordait les aspects biologiques, éthiques et didactiques :

  • Dr Fabrizio Thorel a présenté les mécanismes CRISPR-Cas9 par lesquels les bactéries se protègent des attaques virales renouvelées, et montrée les mécanismes des très nombreuse applications dans la recherche .  (Figure ci-contre source (Ledford, H., 2017 )
  • Pr Samia Hurst a présenté une approche de l’éthique et des outils pour l’appliquer en classe notamment en vue de discuter les dilemmes éthiques que les usages de ces nouvelles techniques posent. Elle propose pour ces controverses de distinguer les techniques et les usages.
  • François Lombard a montré comment des modèles naïfs que les élèves pourraient avoir influences leur compréhension des mécanismes et des dilemmes éthiques. Il a proposé une manière de construire un débat constructif en classe :  la controverse constructive.
    Un résumé sur la manière de mettre en place la controverse constructive est ici en-1-tableau.pdf

Vous trouverez les présentations et liens  ici

Les difficultés du débat scientifique sur des questions vives…

Savoir ou opinion ?

L’opinion  » n’est pas de même nature que le savoir. La question essentielle n’est alors plus de trancher entre points de vue exprimés pour savoir qui a raison et qui a tort. C’est d’accéder aux raisons profondes qui justifient les points de vue en présence. »
(Astolfi, 2008)

Mener un débat constructif sur des questions vives tombe facilement dans plusieurs pièges : l’échange stérile où chacun campe sur ses positions, l’adhésion forcée aux valeurs de l’enseignant. En effet, il y a des activités de  « développement de l’esprit critique » qui sont  surtout adhésion aux indignations de l’enseignant et ne respectent pas les valeurs de l’élève ni ne développent vraiment l’esprit critique.

D’autant plus qu’une pratique bien intentionnée de diviser la classe en deux groupe et faire débattre est éthiquement discutable : Faire adopter aux élèves une position pro ou anti influence leur opinion de manière durable. A-t-on le droit de faire ça ?

Pourtant le débat est un pilier essentiel de la connaissance scientifique. Le rôle central de l’argumentation – essentiel dans la production des savoirs scientifiques – n’est pas suffisamment représenté dans les pratiques de l’enseignement des sciences. Cf. notamment  Osborne, J. (2010) dans la revue Science

Bien mené le débat améliore les apprentissages. Pour autant que les conflits oient résolus en termes de force des idées pour expliquer les phénomènes  (résolution épistémique) et non de force des acteurs et de séduction ( résolution relationnelle).

La controverse constructive fait adopter successivement les deux positions pour construire une réponse nuancée et étayée à la question que pose le dilemme moral. Et respecte les opinions des élèves !

Premiers retours : un enseignant a essayé la controverse constructive !

Patrick Schmitz a pu essayer dans une de ses classes cette façon de structure le débat et a accepté de partager avec nous cette expérience très encourageante.

j’ai effectué le dispositif de débat en classe ( Johnson & Johnson)  hier avec mes 3OS concernant les OGM. Le résultat était plutôt concluant, car après avoir visionnés quelques vidéos pour/contre le sujet, ils se sont vraiment pris au jeu et ont trouvés de nombreux arguments pertinents. Le plus étrange pour eux était que les mêmes arguments se retrouvaient parfois dans les deux camps.
C’était vraiment un premier jet très expérimental.
La démarche a été la suivante après avoir expliqué les techniques pour aboutir aux OGM verts:
a) formation de 2 groupes (PRO et ANTI)
b) vidéo 1 de Monsanto et vidéo 2 de Greenpeace (les 2 extrêmes).
c) débat avec arguments (d’abord PRO, puis ANTI)
d) changement de groupes (ANTI et PRO)
e) vidéo 3 (pas trouvé la référence…mais un peu plus nuancé)
f) nouveaux arguments et renforcement des arguments précédents (d’abord PRO, puis ANTI)
g) débriefing ensemble
Il a accepté de partager avec nous les résultats : la liste des arguments produits par les élèves durant ce débat.

DEBAT OGM
PRO (arguments en faveur des OGM) :
- Population dépendante de l’agriculture
- Travailler moins dans les champs, donc plus de productivité
- Rendements des récoltes plus importants, donc plus d’argent
- Plus de pouvoir d’achat pour matériel, éducation, santé
- Plantes résistantes aux insectes, herbicides, sécheresse, etc.
- On utilise moins de pesticides
- Résoudre le problème de faim dans le monde
- Résoudre le problème de pollution agricole (cf ANTI)
- Economiser de l’eau si OGM résistants à la sécheresse
- Pas de risque de dispersion et contamination des champs voisins (cf ANTI)
- Garantie de plus de 10 ans d’études scientifiques (cf ANTI)

ANTI (arguments en défaveur des OGM) :
- Pas tous égaux devant l’achat des OGM (concurrence déloyale)
- Contaminations des autres champs de cultures traditionnelles (cf PRO)
- Dépendance aux multinationales  (brevets des semences, herbicides, insecticides, etc)
- Pollution des nappes phréatiques de produits toxiques (cf PRO)
- Perte de la biodiversité, extinction d’espèces animales et végétales
- Nuisibles peuvent devenir résistants aux pesticides
- Production nourriture est suffisante et inégale dans le monde
- Effets sur la santé humaine inconnus comme allergies, etc.
- Multinationales cachent la vérité des études scientifiques
- On modifie le patrimoine génétique des organismes
- Inexactitudes des recherches scientifiques (cf PRO)
- Production OGM utlisée dans la nourriture du bétail des pays riches
- Le pollen se disperse à plusieurs kilomètres (cf PRO)
- Mutations des gènes d’intérêt incontrôlable

Le paradoxe de l’éducation

« Au coeur du pédagogique, il y a toujours, en effet, un double projet : inculquer des connaissances et éveiller une liberté, intégrer à une société ou à un groupe et permettre de s’en émanciper, instrumenter les intelligences et interpeller les consciences, évaluer les résultats que l’on obtient en termes de conformité à des critères tout en sachant que la véritable réussite se joue finalement ailleurs, en termes de désobéissance et de rupture. » Meirieu, P. (1993).

Références

Cette entrée a été publiée dans Perspective sur les savoirs, Savoirs en classe, Savoirs en sciences, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.