Citoyens ou élèves … de nouvelles opportunités pour faire de la science !

Une application éducative de science citoyenne : Folding@home sollicite votre contribution

On parle beaucoup de science citoyenne, où le public contribue à produire des savoirs scientifiques et apprend en même temps un peu ce qu’est la science (la démarche scientifique, son processus ou le domaine de savoirs – chimie ici – auquel il contribue).
Un exemple de science citoyennes issu des modèles produits par les chercheurs Nobélisés est  Folding@home qui propose à chacun d’aider à la recherche simplement en mettant à disposition la puissance de calcul de son ordinateur quand on ne l’utilise pas.

Folding @ Home. Science citoyenne

Folding @ Home. Science citoyenne

Fig 5: on peut contribuer à la science en aidant à replier des protéines et peut-être comprendre des maladies [img] source  projet folding@home

Selon Folding@Home, même un ordinateur moderne ne peut simuler en un jour que 50 nanosecondes de la dynamique de repli d’une protéine. Or elles prennent souvent de l’ordre de la milliseconde… il faudrait donc 20’000 jours = 60 ans pour simuler la dynamique d’une protéine pour atteindre sa forme 3-D finale.

Le jeu vidéo pour contribuer à la science

Un autre projet de science  citoyenne – qui s’inscrit aussi dans la mouvance de respectabilité croissante des jeux vidéo – est Foldit qui transforme en jeu vidéo la question de trouver la conformation des protéines. Cooper, S., et al. (2010) disent que la combinaison des capacités de visualisation tridimensionnelle et la compétition entre joueurs, combinée aux algorithmes (désormais) traditionnels est une approche très puissante pour résoudre ce type de problèmes.

« The integration of human visual problem-solving and strategy development capabilities with traditional computational algorithms through interactive multiplayer games is a powerful new approach to solving computationally-limited scientific problems.« Cooper, S., et al. (2010)


Fig 6: on peut contribuer à la science en jouant [img] source  projet Foldit

Et en classe ?

Ainsi la question des retombées scolaires de ces changements dans la discipline de référence chimie est posée…
Sur le plan didactique, il y a en  tous cas de belles opportunités de visualiser les molécules pour les aider à mettre en rapport les propriétés macroscopiques et microscopiques
Par exemple Jérôme Thévenaz  propose des travaux de Roy Tasker. Voici quelques liens :

Il nous indique aussi le site de Cassiopea qui rassemble des vidéos sur les sciences  « intéressant, et pas que pour la chimie (un petit côté Intelligent Design pour la bio, malheureusement) »  http://www.cassiopeiaproject.com/

Il indique qu’il utilise fréquemment des potentialités que ces recherches de Karplus et al. ont rendues possibles :

J’utilise moi-même plusieurs animations avec mes élèves. Principalement sur les thèmes suivants:
- états physiques de la matière et changements de phase
- structure de l’atome / nuage électronique / hybridation des orbitales
- expérience de Rutherford
- dissolution / dissociation
- réactions ioniques (double déplacement): précipitation

Si les chercheurs peuvent explorer la dynamique des systèmes chimiques avec ces simulations, y aurait-il des opportunités d’expérimenter ou d’éprouver des concepts en classe ?
Que les lecteurs n’hésitent pas à partager leurs expériences !

Sources

La plateforme Expériment@l vous offre l’accès a ces articles  Comment s’inscrire à Expériment@l / Comment  Obtenir un article mentionné : Get-a-doi

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.